Mercredi 18 septembre 2019

Accueil

Billet d'humeur

Actualité

Biographie

Les livres

Les pièces

Un jour j'irai...

La philo en folie

Vidéo d'humeur

Liens

Envoyer un message


Le billet d'humeur du

LA MORT NE VA PLUS FAIRE FAIRE DE VIEUX OS

e suis très inquiet : il paraît que la mort devrait bientôt n’être plus qu’un mauvais souvenir. La mort va mourir, on est en train de programmer son obsolescence. Le Dr Laurent Alexandre nous annonce même solennellement la mort de la mort. C’est la prochaine bataille politique après les Gilets Jaunes (Acte CCCLXVIII) : les gens vont se réunir sur les rond-points pour en appeler à en finir avec la mort ! La fin du moi est trop difficile ! Ce sera même peut-être le thème d’un prochain référendum d’initiative citoyenne : « Êtes-vous pour ou contre la mort ? » Déjà, c’est compliqué de savoir comment se comporter face à la mort, mais face à la mort de la mort, on se dit que l’angoisse a de l’avenir. Mais est-ce qu’il se rend compte de ce qu’il dit, ce nouveau docteur Schweizer ? Il paraît que l’homme qui vivra mille ans est déjà né, selon notre french doctor ! A mon avis, il pense surtout à ses enfants. Mais il n’imagine sûrement pas la difficulté à organiser une fête de famille avec 50 générations différentes !
Le gros problème est que la mort est un phénomène particulièrement démocratique, mais l’immortalité est beaucoup moins égalitaire. Les hommes vont forcément s’entretuer pour faire partie des quelques privilégiés destinés à ne pas mourir, et ceux qui auront déjà accédé au sésame seront les plus exposés au massacre. Ou alors il faudra qu’ils exterminent tous ceux qui les menacent pour pouvoir vivre paisiblement entre immortels, sans plus trop savoir ensuite comment tuer le temps. Combien de gens faudra-t-il tuer pour qu’on cesse de mourir ? Plus les chances de mourir vont baisser, plus celles d’être tué risquent d’augmenter. Je le dis tout de suite : plutôt mourir que d’être occis ! Et finir occis parce qu’on ne veut pas mourir, cela fait quand même à l’arrivée un occis-mort, c’est un pléonasme que de le rappeler.
Et que va devenir la naissance ? Déjà un premier cri, ça fout les jetons, mais imagine-t-on le cri d’effroi du nouveau-né à l’idée qu’il ne peut plus faire marche arrière ! Au bout d’un moment, la seule ressource pour éviter l’immortalité, ce sera de ne pas naître. Il va falloir anticiper. Les philosophes avaient tenté d’apprendre à mourir, les plus sages des futurs transhumains apprendront à ne pas naître. Ainsi le petit cercle des immortels ayant survécu à la grande guerre de tous contre tous pour avoir le droit de ne pas mourir, sera composé pour l’éternité des mêmes, avec les mêmes têtes (de con), et Laurent Alexandre en chef de file, sans le moindre nouveau venu, et ils finiront par ne plus se supporter du fond de leur ennui infini. Et on le sait bien, au bout d’un moment, le seul moyen de se divertir dans ce cas là, c’est de s’entretuer.
Non, à côté de la mort de la mort, le réchauffement climatique, c’est presque une bonne nouvelle. Souhaitons donc plutôt la mort de la mort de la mort.